Première Journée Épistémologie de l’Université Montpellier 2

Le mardi 05 juin 2012 de 09h30 à 18h – UM2, amphithéâtre Dumontet (campus Triolet, bâtiment 7)

Cette journée ouverte à tous les personnels et étudiants de l’UM2, organisée en trois temps (une conférence invitée, des présentations locales, puis une table ronde), visait principalement à répondre aux deux questions suivantes :
– Qu’est-ce que l’épistémologie des sciences ?
– Pourquoi développer l’épistémologie des sciences dans une université scientifique ?

Les enregistrements vidéo de cetle journée sont disponibles en ligne sur la WebTV de l’UM2 (suivre les icônes WebTV-UM2).


Programme

09h30 – Ouverture et présentation de la journée

10h00 – Conférence invitée : À quoi peut servir l’épistémologie ?

Michel Morange, biologiste moléculaire, Directeur du Centre Cavaillès d’Histoire et de Philosophie des sciences à l’École Normale Supérieure de Paris

12h00 – pause-déjeuner

14h00 – Présentations orales : Les apports de l’épistémologie en recherche et formation   WebTV-UM2

1. Les gaz de schiste : controverse vécue en laboratoire (Grégoire Molinatti, Lionel Simonneau)
2. Le concept d’énergie : évolution et impact sur l’enseignement (Manuel Bächtold, Muriel Guedj)
3. Panorama des enseignements d’épistémologie proposés à l’UM2 (Daniel Favre, Viviane Durand-Guerrier) | diaporama PDF231.5 Ko
Deux exemples de recherches en cours à l’UM2, puis un survol de l’offre de formation dans le domaine.

16h00 – pause

16h30 – Table ronde : Différentes disciplines, différentes épistémologies ?   WebTV-UM2

Animée par Thomas Hausberger et Henri Reboul (UM2), avec la participation d’Anastasios Brenner (Université Montpellier 3), Pascal Nouvel (Université Montpellier 3) et Frédéric Patras (Université de Nice Sophia-Antipolis), chacun s’intéressant dans l’un des trois grand domaines représentés à l’UM2 : Mathématiques et Informatique, Sciences de la matière, Sciences du vivant. Chacun présente les spécificités de l’épistémologie de son domaine et ouvre le débat avec la salle.

18h30 – clôture de la journée


Comité d’organisation

Dans l’ordre alphabétique : Manuel Bächtold (UM2), Laurent Boiteau (CNRS), Thierry Brassac (UM2), Anastasios Brenner (UM3), Alain Bronner (UM2), Claude Caussidier (CNRS), Viviane Durand-Guerrier (UM2), Daniel Favre (UM2), Muriel Guedj (UM2), Thomas Hausberger (UM2), François Henn (UM2), Grégoire Molinatti (UM2), Valérie Munier (UM2), Marie-Thérèse Nicolas (CNRS), Pascal Nouvel (UM3), Henri Reboul (UM2), Christian Reynaud (UM2), Nicolas Saby (UM2), Lionel Simonneau (INSERM).

Résumés des présentations

Conférence invitée : À quoi peut servir l’épistémologie ?

Michel Morange, biologiste moléculaire, Directeur du Centre Cavaillès d’Histoire et de Philosophie des Sciences à l’École Normale Supérieure de Paris

Beaucoup de scientifiques pensent que l’histoire et la philosophie des sciences sont inutiles aux chercheurs. Curieusement, les sociologues des sciences partagent le même avis, considérant qu’un bon scientifique est un scientifique naïf. Ces deux attitudes sont erronées, même si une formation en histoire et en philosophie des sciences (épistémologie) n’augmente pas directement la « productivité scientifique ». Ces deux disciplines permettent de mieux apprécier l’état actuel des connaissances, aussi bien que les transformations de celles-ci. Elles sont le meilleur rempart contre les « mauvaises conduites » scientifiques. Elles permettent aux chercheurs de mieux se positionner dans le champ social, et ainsi d’être mieux à même d’interagir avec la société.

Présentations orales : Les apports de l’épistémologie en recherche et formation   WebTV-UM2

Enregistrement vidéo disponible en ligne sur la WebTV de l’UM2 (cliquer sur l’icône "webTV").

1. Les gaz de schiste : controverse vécue en laboratoire

Grégoire Molinatti et Lionel Simonneau (LIRDEF, UM2)

Discours de communication, représentations épistémologiques et sociales, de chercheurs géologues et hydrogéologues autour d’une controverse sciences / sociétés : l’exploitation des gaz de schistes

De décembre 2010 à juin 2011, une forte opposition citoyenne à l’exploitation des gaz de schiste s’est manifestée en France, particulièrement en Languedoc-Roussillon. En écho à ces interrogations sociales et traversés eux-mêmes par cette controverse, les chercheurs de deux laboratoires universitaires des Sciences de la Terre à  Montpellier (Géosciences et Hydrosciences), ont décidés de communiquer au public leur savoir scientifique.

Cette démarche est totalement originale car, bien que soutenue par les autorités académiques, elle est née spontanément au sein du laboratoire comme une auto-saisie collective pour une expertise publique, avec une volonté clairement affichée d’avoir un discours de neutralité scientifique que ce soit dans un long texte mis en ligne sur le site de l’UM2 ou dans un diaporama présenté au public.

Nous présentons une analyse argumentative de ces supports de médiation et nous nous interrogeons sur le fonctionnement de ce collectif de communication.

Les représentations différentes des chercheurs sur leur science et les rapports que celle-ci entretient avec la société en générale, leurs domaines spécifiques d’expertise, leurs consciences citoyennes partagées entre l’aspect « ressources » ou l’aspect « risques », ont  généré une véritable mise en tension du collectif de recherche et des postures variées de communication, révélant la mobilisation de valeurs collectives et individuelles.

2. Le concept d’énergie : évolution et impact sur l’enseignement

Manuel Bächtold et Muriel Guedj (LIRDEF, UM2)

Un projet de recherche sur l’énergie en deux volets : (a) Histoire et épistémologie du concept d’énergie (b) Impact pour une évolution de l’enseignement du concept d’énergie

Le concept d’énergie joue aujourd’hui un rôle central non seulement dans le domaine des sciences mais aussi dans les débats qui agitent nos sociétés sur la gestion de l’énergie et les conséquences de son exploitation sur l’environnement. Paradoxalement, il demeure très difficile de déterminer dans chaque situation ce qu’est précisément l’énergie. De fait, l’enseignement du concept s’avère fort délicat.

La recherche que nous présenterons ici vise, d’une part, à clarifier la signification et le rôle de ce concept dans les sciences naturelles et humaines à travers une étude historique et épistémologique, et d’autre part, à repenser les modes d’enseignement possibles de l’énergie en s’appuyant sur cette première étude.

3. Panorama des enseignements d’épistémologie à l’UM2

Daniel Favre (LIRDEF, UM2) et Viviane Durand-Guerrier (I3M, UM2)

À l’université Montpellier 2, l’épistémologie des sciences est présente comme discipline d’enseignement et de formation à tous les niveaux, dans divers parcours pédagogiques. Nous en dresserons un panorama afin d’en améliorer la visibilité et de contribuer ainsi au débat sur la place et le rôle de tels enseignements dans une université scientifique.

Table ronde : Différentes disciplines, différentes épistémologies ?   WebTV-UM2

Aucun résumé disponible – enregistrement vidéo en ligne sur la WebTV de l’UM2 (cliquer sur l’icône "webTV").

Documents à télécharger

pdfFlyer de la 1e journée épistémologie – PDF381.01 Ko

pdfPanorama des enseignements d’épistémologie proposés à l’UM2 – diaporama PDF231.5 Ko

 

L’affiche de la journée

Affiche 1e journée épistemologie 2012